skip to Main Content
Accident D’un Avion De Tourisme Au Portugal : 5 Victimes Décédées Dont 3 Français

Le lundi 17 avril 2017, un accident d’avion de tourisme est survenu à Cascais, à 20 km à l’ouest de Lisbonne au Portugal, peu après midi. L’appareil avait à son bord quatre personnes dont 3 ressortissants français et un ressortissant suisse. Aucune n’a survécu au crash.

L’avion s’est écrasé au-dessus de l’entrepôt d’un supermarché Lidl d’une zone résidentielle de la ville, causant une cinquième victime conducteur d’un camion et blessant grièvement trois autres personnes cliente du supermarché voisin. L’incendie provoqué par l’impact s’est propagé à une habitation jouxtant le supermarché.

L’avion, un bimoteur de dix mètres de long de modèle Piper PA-31 T Cheyenne II, immatriculé HB-LTI en Suisse, et arrivé de Marseille le 14 avril 2017, venait de décoller de l’aéroport de Tires, situé à moins d’un kilomètre du lieu de l’accident et avait pour destination Marseille.

L’appareil appartenait à Symbios Orthopaedics SA, une entreprise suisse spécialisée dans la fabrication de prothèses orthopédiques basée à Yverdon-les-Bains, près de Lausanne, en Suisse romande.

Une des victimes françaises est Jean-Pierre Franceschi, chirurgien orthopédique marseillais, internationalement reconnu, spécialiste du genou, qui avait soigné de nombreuses célébrités du football mondial. Âgé de 64 ans, il était accompagné de son épouse.

Une autre victime, âgée de 69 ans, serait Jean Plé, le fondateur de l’entreprise Symbios Orthopaedics SA.

Les causes de l’accident sont pour l’heure inconnues.

Une explosion à bord de l’appareil est évoquée ainsi qu’une tentative infructueuse de demi-tour, sans que ces hypothèses ne soient pour l’heure confirmées par les enquêteurs du cabinet portugais de prévention et d’investigation sur les accidents d’aéronef à qui est confié le dossier.

On ne connaît pas les circonstances du transport

Plusieurs éléments d’extranéité sont présents dans cette situation juridique : la survenance de l’accident au Portugal, les nationalités françaises et suisses des occupants de l’avion, l’immatriculation de ce dernier en Suisse et la fabrication de l’appareil aux États-Unis, l’existence ou non d’un contrat de transport aérien.

Ces complexités juridiques sont très habituelles dans les dossiers traités par le Cabinet BCV Lex.

Le cabinet est en lien direct avec le cabinet de Cristina DEIN, avocate à Lisbonne, concernant l’étude des différentes questions juridiques émergeant de l’accident du 17 avril 2017.

Notre cabinet est également en relation avec Alexandre GUYAZ, avocat suisse spécialisé en dommage corporel, et pratiquant dans la juridiction où se trouve le siège de la société détentrice de l’appareil.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher