skip to Main Content
Collision Sur Le Tarmac De Toronto

Le 5 janvier 2018, alors qu’un appareil de la compagnie aérienne canadienne WestJet, fraîchement arrivé de Cancun sur le Tarmac torontois, était à l’arrêt, il a subi une collision avec un appareil en manœuvre (« pushing« ).

Ce dernier, vide de tout passager ou personnel navigant, et qui était en remorquage, appartient à la compagnie charter Sunwing.

Quant au Boeing 737 ayant subi la collision, il comportait 174 personnes à son bord, dont 6 membres d’équipage. Tous ont pu constater que l’empennage (ailettes arrière) prenait feu.

Des vidéos postérieures à la collision qui montrent l’embrasement de l’appareil sont impressionnantes.

Les passagers ont été évacués en urgence du Boeing 737.

Pour ce faire, les toboggans de secours ont été mis en œuvre.

Heureusement, cet événement n’a occasionné aucun blessé parmi les passagers du vol ; toutefois, un membre des forces de secours a dû être évacué à l’hôpital.

Les causes de la collision

Un enquête est ouverte pour déterminer les circonstances précises de la collision.

Selon les informations disponibles, la société Swissport était chargée du tractage de l’appareil de la compagnie Sunwing.

Par ailleurs, il semblerait que les conditions météorologiques caractérisées par un froid sévère en Amérique du Nord en ce début d’année 2018 ne soient pas en cause.

En effet, le temps étant clair ce vendredi 5 janvier 2018 à 18h.

Des collisions à répétition

Il est à noter que ce type d’incident avait déjà été à déplorer dans ce même aéroport Pearson de Toronto, en août 2017.

En effet, l’aile d’un Boeing 767 de la compagnie Air Canada, à l’approche de son stationnement, avait heurté l’aile d’un aéronef appartenant a à la Compagnie LOT, sans faire de victime.

Le cabinet BCV Lex a eu à traiter d’une collision aux conséquences bien plus lourdes. Cette collision s’était produite entre un appareil de la Bashkirian Airlines et un Boeing 757 acheminé par la société DHL. L’accident avait occasionné le décès de 71 personnes le 1er juillet 2002 à proximité du lac de Constance en Allemagne. Les membres du cabinet ont obtenu gain de cause devant la Cour de cassation espagnole, avec succès.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher