skip to Main Content
Médiation Des Successions Internationales

Médiation des successions internationales

Dans le monde d’aujourd’hui, il y a de nombreuses personnes dans notre entourage proche qui vivent, ont des entreprises ou des propriétés à l’étranger. Il y a actuellement 8 millions d’européens qui résident hors de leur pays d’origine, dont ils possèdent 2,5 millions de propriétés, 16 millions de couples internationaux. Comment peut-il en être autrement, personne n’est libre de mourir ou d’avoir un être cher décédé, ouvrant un processus d’homologation ou de succession ab intestat qui nécessite l’application d’une série de règles et d’accords entre les héritiers. Chaque année en Europe, il y a environ 450 000 successions internationales, d’une valeur de 123 000 millions d’euros chaque année, qui nécessitent une médiation des successions internationales.

Dans cet ensemble de lois, il faut garder à l’esprit, tout d’abord, qu’il s’agit d’une situation émotionnellement complexe, et que donc la solution nécessite d’accélérer les procédures et de pouvoir la résoudre dans les plus brefs délais. Les avocats spécialisés dans l’héritage international peuvent gérer un héritage avec moins de problèmes, en résolvant tous les doutes et procédures qui surviennent tout au long du processus compliqué d’adjudication des actifs et du capital du défunt. Dans notre cabinet d’avocats, nous réalisons des conseils sur les testaments, les successions, la préparation de la déclaration des héritiers, le partage de l’héritage, l’exécuteur comptable-séparateur, l’acceptation et l’adjudication de l’héritage, la liquidation des impôts et des taxes, l’enregistrement des biens immobiliers au Registre de la propriété , etc. Ce qui vous permettra de connaître la meilleure façon de traiter les différentes lois.

Principaux problèmes des successions et successions internationales

En fonction de l’héritage international, on peut trouver de manière prévisible des biens immobiliers, des comptes bancaires, des actions, des sociétés avec une présence multinationale… Ces héritages ou successions internationales sont gérés comme les autres, avec les particularités de chaque pays et l’adéquation de certaines dispositions testamentaires concernant la loi espagnole avec d’autres systèmes juridiques qui font face à des problèmes tels que :

La langue du pays

Il va sans dire que le principal problème que nous allons rencontrer est l’obstacle linguistique dans certains d’entre eux pour le simple fait de demander des informations sur la façon de procéder en même temps que nous devons composer avec le langage juridique qui, s’il est en lui-même est complexe, il l’est encore plus lorsqu’il provient d’un pays tiers.

Distance géographique

Un autre problème s’ajoute dans la distance, qui nécessite du temps et des ressources financières pour déplacer tous les héritiers. Dans certains cas, ils ne sont même pas réclamés et il existe des sociétés spécialisées uniquement dans la recherche d’héritiers. Les délais administratifs peuvent être un casse-tête pour tous les héritiers à

La législation de chaque pays est différente

Nous devons nous conformer en tant qu’héritiers aux réglementations de ces pays, ainsi qu’aux Espagnols. C’est quelque chose d’évident, même s’il existe des similitudes entre les différents systèmes juridiques, chaque État a sa propre manière autonome de procéder. Certains pays ont des conventions internationales en la matière.

Dans le cas européen, depuis 2015, le critère de la résidence habituelle est appliqué comme critère de détermination de la loi applicable et c’est ainsi qu’il est réglementé et collecté par le règlement européen 650/2012 qui indique qu’en matière de succession en Europe la législation est appliquée lorsque le défunt a fixé sa résidence habituelle quelle que soit sa nationalité, ce qui génère de nombreux problèmes d’application dans la pratique.

La règle est entrée en vigueur en août 2015 (à l’exception du Danemark, de la Grande-Bretagne et de l’Irlande) réglementant simultanément les cas des biens meubles et immeubles. Au sein de ce règlement, on trouve son chef-d’œuvre dans le certificat successoral européen, qui permet aux citoyens de prouver leur qualité d’héritier ou de légataire dans toute l’UE et qui permet de prouver leur qualité d’héritier ou de légataire sans avoir à passer par aucune autre procédure.

Le changement du critère de nationalité pour celui de résidence habituelle aux fins de déterminer la loi applicable à la succession change énormément les règles du jeu auxquelles nous étions habitués si bien que l’on retrouve les problèmes de droit interrégional qui sont particulièrement intenses dans le cas espagnol ou allemand pour en souligner certains, surtout si l’on tient compte du fait que dans la législation territoriale l’appel à l’État est remplacé par la Communauté autonome correspondante, posant de nouvelles situations auxquelles les nouvelles réglementations européennes ne donnent pas toujours une réponse adéquate réponse et qui doivent requérir des actions judiciaires ou administratives de la part des avocats contre d’éventuelles exigences de l’administration.

Ainsi, un étranger décédé ayant sa dernière résidence habituelle en Espagne sera remplacé conformément à la loi espagnole, à moins que la personne n’ait choisi l’application de la loi d’un autre État dans son testament.

Fiscalité ou imposition des droits de succession

Un autre problème par rapport au point précédent est que nous nous retrouverons dans la position de devoir payer des impôts dans les pays de destination, en même temps que de payer des impôts en Espagne pour l’augmentation des actifs.

En la matière, il existe des traités et règlements sur la duplicité fiscale afin de ne pas payer d’impôts dans deux pays en dehors de l’Union européenne simultanément, bien qu’en pratique générale des problèmes d’application dans certains cas avec des procédures de sanction en cours pour non-respect des exigences dans les différents pays pour la simple problème de ne pas voir les notifications. Il ne faut pas oublier que l’impôt sur les successions est payé par la personne qui reçoit l’héritage. À quoi il faut ajouter qu’en Espagne, les successions sont réglementées comme établies dans le régime général sauf au Pays Basque et en Navarre, qui sont réglementés sous un régime fiscal favorable (où la succession est moins chère).

Trouver les marchandises

Bien que la chose normale soit qu’il y ait des testaments lorsque le testateur a planifié sa mort, la vérité est que nous ne savons pas tout sur l’autre personne. Dans le cas des entreprises, nous trouverons des contrats qui sont toujours en vigueur et qui doivent être annulés ou exécutés.

Légalisation de documents

Enfin et bien que moins important en théorie, pas à un niveau opérationnel ou pratique pour le citoyen moyen, lorsque des documents à caractère juridique passent d’un pays à l’autre, ils doivent être traduits, légalisés et apostillés. Des processus pas toujours bon marché et avec des certificats avec des dates d’expiration et de validité qui dépendront de chaque pays.

Avocats experts en succession internationale

Si vous souhaitez recevoir un héritage de l’étranger, vous avez besoin de l’aide juridique d’un expert international en succession. Notre équipe est là pour vous guider sur la façon d’hériter de l’étranger

Comment vous voyez n’est pas aussi simple qu’il y paraît à première vue. Il faut d’abord déterminer quelle loi s’applique à la fois au défunt et à sa succession, tout comme il faut considérer quelle législation s’applique aux héritiers et à leur nationalité. Effectuer ultérieurement la liquidation ou la distribution correspondant à ce que nous ne pourrons faire qu’une fois que nous connaîtrons les charges qu’ils ont et que nous réglerons les taxes et redevances correspondantes.

Enfin, lorsque nous pensons que nous avons réussi à faire toutes les étapes, nous devrons communiquer notre augmentation d’actifs à l’administration fiscale espagnole.

Et tout cela basé sur le fait que tous les héritiers sont d’accord avec la distribution et qu’il n’y a pas d’objections.

Les successions ne sont jamais simples du fait de la pluralité des partis, il y a parfois des personnes vulnérables comme des mineurs ou des personnes âgées ayant des droits successoraux qui nécessitent un contrôle judiciaire. Comme d’autres, il est nécessaire de procéder à l’aliénation de biens ou d’administrateurs pour des raisons aussi simples que l’éloignement géographique.

Nous aidons les gens à transférer des biens et des héritages depuis plus d’une décennie.

Nous comprenons les lois et les complications du droit international.

Notre équipe est là pour vous aider avec toutes vos questions juridiques.

Contactez-nous aujourd’hui pour une consultation gratuite.

Dans le portefeuille de notre cabinet d’avocats, nous pouvons vous conseiller sur les questions suivantes :

  • Obtention des documents du défunt.
  • Règlement d’impôt
  • Achèvement de la déclaration des héritiers.
  • Constitution des inventaires et répartitions.
  • La médiation.
  • Litige.
  • Réception du patrimoine et démarches auprès des administrations et des banques.
  • Supervision des opérations de vente.
  • Demande de remboursement d’impôt en double.

Contactez-nous si vous avez besoin de conseils sur le sujet. Nos avocats spécialisés dans les accidents de tourisme à l’étranger pourront vous assister à distance et en personne, afin que vous ne soyez pas en situation d’impuissance même à votre destination.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher