spinner
h
London Office
Quick Contact
Image Alt

Avocats en Droit International de la Famille

  /  Avocats en Droit International de la Famille

Avocats en droit international de la famille

Vous recherchez un cabinet d’avocats en droit international de la famille ?

BCVLex vous conseille et vous représente dans les divorces internationaux, les procédures de séparation et autres procédures internationales de droit de la famille.

Avocats en Droit International de la Famille

1

Proximité géographique

Grâce à nos deux sièges à Madrid et Bordeaux, et nos bureaux à Paris et Barcelone, nous sommes toujours plus proches de vous. Nous répondrons directement à vos besoins et veillerons à vos intérêts.

2

Expérience

Depuis plus de 30 ans, nous mettons à votre disposition des solutions sur-mesure dans plus de 15 domaines de compétence dans lesquels nous sommes fréquemment sollicités.

3

Professionnalisme

Le cabinet exerce ses activités dans le respect des règles de la profession : éthique, engagement et transparence sont des valeurs qui nous accompagnent pour mener à bien toutes vos démarches juridiques.

Assistance juridique: Avocats en Droit International de la Famille

Le droit international de la famille avec des couples de nationalités différentes implique des relations juridiques complexes, normalement des mariages dits mixtes, qui déploient leurs effets dans plusieurs pays. Dès lors, qu’il s’agisse d’un mariage entre citoyens de nationalités différentes ou d’un divorce dans les mêmes circonstances, ils doivent être abordés dans une perspective internationale.

  • Nous offrons une expertise juridique dans plus de 15 branches du droit.
  • Nous sommes membre du réseau Global Justice Network.
  • Nous travaillons avec des avocats internationaux dans plus de 35 pays.
  • Cabinet agréé par le Consulat Général d’Espagne à Bordeaux et par le Consulat Général de France à Madrid.
  • Nous proposons une attention personnalisée en français, espagnol et anglais.
  • Notre cabinet est composé d’avocats français et espagnols.
  • Notre cabinet d’avocats dispose de sièges à Madrid et Bordeaux, ainsi que de bureaux à Paris et Barcelone. Nous sommes à vos côtés !

Nous contacter

Chez BCVLex, nous sommes prêts à évaluer votre cas gratuitement pour vous aider à trouver une solution le plus rapidement possible.

 

Bureau à Bordeaux:
2 Rue des Trois Conils 33000 Bordeaux
Tel: +33 (0) 5 57 01 36 36

Bureau à Madrid:
C/ Don Ramón de la Cruz, 38 Bajo. 28001 Madrid
Tel: +34 91 577 6368

Bureau à Barcelone:
C/ Roger de Llúria 84, Pral 08009 Barcelona
Tel: +34 93 100 53 17

    Avis des clients

    AA

    Cabinet très performant très à l'écoute la compétence est au rdv.
    Roger Paddeu
    11/11/2021
    Notre voiture ayant été enlevée par la fourrière malgré le paiement du stationnement à Barcelone, j'avais effectué une réclamation au service compétent de la mairie de la ville. Ayant eu connaissance du cabinet BCV Lex, je leur ai fait parvenir copie de ma réclamation. Le cabinet de Madrid m'a donc fait parvenir une correction de la rédaction de ma lettre dans la présentation des faits mais aussi en incluant des éléments juridiques qui ont été pris en considération dans la décision du service de réclamation des amendes de Barcelone. Je suis d'autant reconnaissant à BCV Lex que mon cas n'était pas d'une importance ni d'une gravité qui puissent inviter à pousser la porte d'un avocat. Malgré cela M. Bellecave et Mme Abellan Solesio ont eu l'amabilité de me conseiller et de me donner une leçon d'espagnol en plus! Ayant appris que BCV Lex travaillait pour le consulat français en Espagne je ne peux qu'encourager tout visiteur à les contacter en cas de problème.
    Gérard MAZOYER
    04/11/2021
    Cornelis Van Der Heul
    15/07/2020
    I have worked with BCV Lex for many years and they are always very helpful with Prompt advice . They fight hard for their clients .
    Liam Moloney
    15/06/2020
    Muy satisfecha con el servicio prestado por los abogados del despacho. Profesionalidad y cercanía. Muchas gracias!
    BEATRIZ GARCIA-OCHOA
    15/04/2020
    Grandes profesionales expertos en internacional. Atención personalizada y trato muy cercano.
    GEMA EGIDO
    06/04/2020
    Excelentes abogados. Este despacho me llevó un caso internacional, la reclamación con una empresa de alquiler de coches en Marruecos y lo manejaron de manera rápida, eficiente y con un trato cercano al cliente que agradecí mucho. Gracias por la solución favorable, siempre los recomendaré.
    Alicia Hernandez
    06/04/2020
    Javier Alústiza Quintana
    24/02/2020
    Atención personalizada, incluso por encima de las expectativas!!
    Eva Sancho
    02/01/2020
    Carlos es un profesional sólido, capaz, experimentado y cercano. La clase de persona en la que puedes depositar plenamente tu confianza para gestionar con éxito tus intereses judicial o extraprocesalmente. Gracias por tu ayuda Carlos. María, Raquel y Javier Carlos is an outstanding, hand-on, skilled experienced and sound professional. That kind of lawyer whom you can rely on to successfully manage your interests both in and out of court. Thank you so much for your help, Carlos Maria, Raquel and Javier
    Javier del Pino Luque
    13/05/2019

    Avocats en Droit International de la Famille

    Avocats en Droit International de la Famille

    BCVLex vous conseille et vous représente dans les procédures de divorce international, de séparation et dans toute autre procédure internationale de droit de la famille.

    Vous êtes français ou espagnol et vous souhaitez divorcer ou vous séparer d’un citoyen espagnol ou français ? Des solutions existent. Les procédures de divorce entre citoyens de l’UE sont parfaitement possibles et totalement réglementées. Ces modalités peuvent également concerner deux ressortissants français résidant en Espagne ou deux Espagnols résidant en France.

    Vous devez d’abord savoir que le lieu de dépôt de la demande n’est pas régi par la loi nationale française ou espagnole. En effet, c’est le droit communautaire qui prévaut. En tant que cabinet d’avocats qualifiés dans les divorces internationaux, nous savons qu’une séparation ou un divorce transfrontalier est une épreuve perturbante.

    Il n’y a pas de règle unique, ce qui est bien, mais pas forcément évident. Les normes espagnoles, françaises et européennes se côtoient. À cela viennent s’ajouter d’autres formalités comme la traduction de documents dans la langue du pays, les aspects fiscaux et la dissolution de la communauté. Enfin, il faut également prendre en compte certains critères relatifs aux mineurs, comme la validation des rapports psychologiques et la jurisprudence propre à chaque pays.

    Avant toute chose, la question de la garde des enfants, s’il y en a, et de la pension alimentaire doit être posée, ainsi que celle des obligations entre les conjoints (prestation compensatoire). Sur ce point, chaque État a sa propre vision de la famille.

    Ensuite, l’emplacement des biens et du patrimoine est essentiel. Même si les procédures peuvent être plus ou moins complexes selon le type de bien, en matière de droit cela soulève peu de difficultés d’interprétation.

    Pour vous aider à mieux comprendre, nous vous rappelons ici un certain nombre de principes.

    Divorces Internationaux : La compétence des juridictions espagnoles en matière de divorce entre des ressortissants espagnols et français

    Le juge espagnol pourra être saisi dans les cas suivants :

    • Résidence commune habituelle fixée en Espagne au moment de la demande.
    • Le demandeur doit être de nationalité espagnole et avoir résidé en Espagne au cours des 6 derniers mois précédant le dépôt de la requête en divorce.
    • Les époux sont tous deux espagnols, même si le mariage a été célébré en France.
    • Ou si l’un des deux est de nationalité différente, ils choisissent d’un commun accord de saisir la juridiction espagnole.
    • En revanche, s’ils ne vivent plus formellement ensemble depuis longtemps, ou s’il y a eu une séparation avant la demande de divorce et que, par conséquent, il n’y a plus de résidence commune depuis plus d’un an, c’est la loi du pays de chacun des ressortissants qui s’applique.
    • Depuis 2003, même en cas de consentement mutuel, il est impossible de déposer une demande en Espagne si le domicile des époux est situé dans un autre pays. Toutefois, si le dernier domicile du couple est en Espagne, ils pourront choisir conjointement la loi applicable au moment du divorce.

    Reconnaissance automatique des jugements en matière de divorce entre la France et l’Espagne

    Les divorces prononcés dans un État membre de l’Union européenne sont directement applicables dans les autres États membres, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une procédure.

    Divorces Internationaux France-Espagne : les questions relatives aux enfants mineurs

    Lorsqu’il y a des mineurs, il faut également déterminer la résidence habituelle de l’enfant. Pour établir la garde des enfants, le Ministère Public ou son homologue français interviendra en tenant compte de certains critères :

    • Le type de relation entre les conjoints.
    • L’âge des mineurs.
    • Le nombre d’enfants.
    • La disponibilité de chacun des parents.
    • La proximité des domiciles des parents.
    • Le respect des obligations liées à la vie familiale.

    Cadre juridique de la procédure de divorce entre Français et Espagnols

    1. Règlement (CE) n°2201/2003 du Conseil, dit « règlement de Bruxelles II bis » du 27 novembre 2003, relatif à la compétence, la reconnaissance et l’exécution des décisions en matière matrimoniale et en matière de responsabilité parentale. Il réglemente la dissolution de la communauté de biens, ainsi que le droit de garde.
    2. Règlement Européen (UE) n°1259/2010 qui encadre les divorces transfrontaliers entre citoyens européens et permet aux couples internationaux de convenir à l’avance de la loi applicable à leur divorce ou à leur séparation de corps . Ce texte s’applique à : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, l’Espagne, l’Estonie, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie.
    3. Règlement (CE) n°4/2009 du 18 décembre 2008 relatif à la compétence, la loi applicable, la reconnaissance et l’exécution des décisions et la coopération en matière d’obligations alimentaires. La prestation compensatoire et la pension alimentaire obéissent à ce règlement. La juridiction applicable est celle du lieu de résidence du créancier d’aliments.
    4. Articles 22.2 et 3 de la Loi Organique du Pouvoir Judiciaire espagnol pour toute question non prévue dans le règlement de Bruxelles II.

    Une certaine latitude est donc admise dans le choix de la loi applicable. Cela ne concerne pas le choix de la juridiction mais le droit applicable à la convention de divorce. En d’autres termes, la demande de divorce devra être présentée devant le Tribunal désigné dans le règlement de Bruxelles II, mais les parties pourront opter pour le droit espagnol ou français. (Sauf dans le cas d’exceptions d’ordre public, comme la violence conjugale ou l’enlèvement d’enfants, qui relèvent du droit pénal et sont donc réservées à l’Espagne).

    Par ailleurs, le règlement de Bruxelles II bis ne couvre pas les questions relatives à la capacité juridique des personnes physiques, à l’existence, la validité ou la reconnaissance d’un mariage, à l’annulation d’un mariage, au nom des époux, aux conséquences patrimoniales du mariage, à la responsabilité parentale, aux obligations alimentaires, aux fiducies et aux successions.

    Concrètement, l’une des parties peut porter son action devant la juridiction du pays la plus favorable à ses intérêts. Mais cela peut donner lieu à un conflit de juridictions. En effet, le premier tribunal qui est saisi d’une demande et qui remplit les conditions précitées est compétent pour statuer sur le divorce.

    Cas de divorces transfrontaliers entre la France et l’Espagne traités par notre équipe d’avocats

    • Les deux époux sont espagnols et le mariage a été célébré en France.
    • L’un des conjoints est espagnol, le mariage a été célébré en France ou dans un autre pays avec un ressortissant français. Par exemple : deux Français mariés en France. Ils vivent en Espagne et possèdent des biens. Ils peuvent saisir les tribunaux espagnols, mais la loi française sera la seule applicable.
    • L’un des époux est étranger et l’autre, de nationalité espagnole ou française, est domicilié en Espagne.
    • Les deux conjoints sont de nationalités différentes et le mariage a été célébré en Espagne, et actuellement ils ne résident pas en France, mais en Espagne.
    • Les deux époux sont français et résident en Espagne. Par exemple : deux ressortissants français mariés en France, ayant des enfants mineurs et habitant en Espagne. Puisque la résidence du mineur est l’Espagne, la Loi sur la Résidence de l’enfant est privilégiée aux dépens du souhait des parents. Le droit espagnol s’applique dans ce cas-là.
    • Se séparer en France et divorcer en Espagne : par exemple, une séparation peut être entamée dans un pays et un divorce dans un autre. Dans ce cas, la loi applicable au divorce sera celle qui a été préalablement appliquée à la séparation de corps.

    Autres services en droit de la Famille franco-espagnol

    Vous résidez en France ou en Espagne et vous êtes confronté à une situation de divorce, de séparation ou de non-respect du droit de garde ? N’hésitez pas à nous demander conseil. Nous sommes l’un des rares cabinets d’avocats en droit de la famille à intervenir simultanément dans les deux pays. Nous pouvons également vous accompagner dans les domaines suivants :

    • Exequatur ou reconnaissance de jugements dans les deux pays.
    • Divorces, séparations et nullités des actes.
    • Reconnaissance des divorces prononcés à l’étranger.
    • Procédure transfrontalière de recouvrement des pensions alimentaires.
    • Droit de visite.
    • Enlèvement international d’enfants et restitution d’enfants.
    • Adoption internationale.
    • Mariage et concubinage.
    • Planification successorale des biens de la communauté.
    • Testaments et aspects de la succession testamentaire, procédure de déclaration des héritiers en cas de décès.