h
London Office
Quick Contact

Quand le loisir tourne mal : accidents de manèges

Le 3 avril 2017, une adolescente a chuté d’un manège “Tagada” de la Foire du Trône et s’est blessée, nécessitant une hospitalisation. Sa mère a porté plainte en son nom pour blessures involontaires.

Cette attraction, dénuée de tout harnais ou autre protection de sécurité, est une plate-forme ronde tournante également mûe par des soubresauts. Ses utilisateurs, positionnés sur une banquette faisant le tour intérieur de la plate-forme ne peuvent rester en place que par la force de leurs bras.

Une enquête est en cours.

Quelques jours plus tard, le 10 avril 2017, un autre incident a eu lieu sur un manège appelé “L’adrénaline” de cette même fête foraine. Cette attraction est une sorte de simulateur de chute libre en balançoire, culminant à 45 mètres au dessus de Paris.

Dans ce dernier accident, il semble que les sangles du harnais aient cédé, mettant la victime en suspens par les pied dans le vide, à plusieurs mètres de hauteur du sol et frôlant les garde-fous de l’attraction. La scène a été filmée et diffusée sur Internet.

Depuis lors, le manège a été démonté et une enquête est en cours.

Déjà en 2014, au même endroit, sur l’un de ses manèges, un jeune homme dont la jambe dépassait de la nacelle, avait été victime d’une fracture ouverte du tibia et avait perdu un de ses orteils.

Les fêtes foraines et parcs d’attractions connaissent chaque année de multiples accidents.

En 2013, une jeune femme s’est blessée dans un manège du grand parc d’attraction Disneyland, après avoir heurté un des arceaux du manège. Elle avait réclamé une indemnisation au titre de ses blessures.

En 2003, un jeune homme de 16 ans avait chuté de près de 3 mètres après avoir été éjecté du wagon d’un manège d’un grand parc d’attraction Walibi. Il avait alors obtenu au titre des dommages et intérêts une somme de 29 700 euros de la part du constructeur du manège et du responsable de son inspection.

Selon les causes de l’accident, la responsabilité des propriétaires / ou exploitants et constructeurs des manèges peut le cas échéant être engagée et une indemnisation obtenue.